Warning: session_start(): open(/tmp/sess_q0qtkvounic37d5ur0adnp4i56, O_RDWR) failed: Disk quota exceeded (122) in /home/sumbabui/public_html/balifrancophones.com/wp-content/plugins/wordpress-social-login/wp-social-login.php on line 64
VINCE & SES SURFS EN BOIS - Bali Francophones
Accueil » Blog » VINCE & SES SURFS EN BOIS

Share This Post

Les Entrepreneurs / Les Francophones à Bali

VINCE & SES SURFS EN BOIS

VINCE-et-ses-surfs-en-bois
SURFS- VINCE

SURFS- VINCE

  Rencontre avec un ARTISAN de la glisse passionné ,Vincent Marie Jean Tierny

 6 JUIN 2016

Comme chaque année le team Diablerets PM vous propose de partager quelques-unes de ses découvertes estivales. En tant que passionnés de glisse et de nature, quand la neige fond, nous nous « exportons » à la recherche des meilleures vagues possibles qui nous permettront d’exploiter l’élément liquide. A la mer et à la montagne… Cela nous amène régulièrement, à la montagne comme à la mer, à la rencontre de personnages enthousiastes gravitant autour de nos sports favoris. A la montagne et à la mer… Il y a deux ans nous vous proposions un reportage sur Boris, le shaper original de Sputnik Surf Boards (Hossegor Surfing Academy) basé à Soorts/France (texte que vous pouvez relire en cliquant sur le lien hossegor surf academy ci dessous en fin de page). Aujourd’hui nous allons faire connaissance avec une personnalité atypique et attachante du monde très restreint des fabricants de planches de surf en bois. C’est en surfant dans un coin retiré de l’île de Java (Indonésie) que la chance m’a été donnée de rencontrer, à l’eau, Vincent Marie Jean Tierny, chevauchant une « sculpturale » et imposante planche entièrement fabriquée en bois de balsa. L’après session autour d’un café m’en apprend davantage sur la vie trépidante de ce personnage hors du commun tout en m’offrant la possibilité d’essayer son « objet de culte », test des plus concluants. En effet, la planche, malgré son apparence, n’est pas plus lourde qu’un surf classique en mousse et fibre, et rivalise sans aucun complexe avec les meilleures longboards que j’ai eu l’occasion de rider. Ayant déjà au programme des jours suivants l’ascension du volcan Ijen, nous rajoutons logiquement une visite de son atelier de shape, Vince Surf Boards, se situant dans la ville de Banyuwangi, au pied de cette montagne. Souvenir de notre visite dans l atelier de Vincent Il existe sur la planète moins d’une dizaine de fabricants officiels de planches en bois dont la plupart sont loin d’en produire autant que Vince Surf Boards. Rares sont ceux qui peuvent prétendre à un tel niveau d’inventivité et de finitions. Cette visite fut donc un réel privilège pour notre petit comité composé de Carlos Gerber, l’un des meilleurs freestylers mondiaux du moment, membre de l’équipe suisse de snowboard en vue des prochains jeux olympiques, Loïc Staub, freerider, notamment ex-vainqueur de la Zinal Freeride, Mathieu Fleury, skieur Big Air, réputé dans le milieu pour ses « talents aériens », Agus Prihandoyo, Indonésien surfer de grosses vagues, local du fameux spot de G-Land,Clémentine Duboc, Diablerets PM crew ainsi que Blaise Rouiller, votre serviteur.

Je vous propose donc l’interview de Vincent, entre autres ingénieur spécialisé dans la construction marine et ancien sauveteur en mer SNSM (oui, ce sont les fous qui sautent de l’hélicoptère avec les palmes entre les dents pour secourir les marins en perdition) !!! – Blaise : qui es-tu, d’où viens-tu ? – Vincent : Je m’appelle Vincent Tierny, j’ai 55 ans et suis originaire du Nord de la France. L’atelier de VINCE se trouve au pied du volcan Ijen … -BR : Depuis quand vis-tu en Indonésie et quelles sont les raisons de ton installation à Banyuwangi /Java. – VT : Je suis venu pour la première fois en Indonésie en 1978 dans le cadre d’un échange d’étudiants, durant une année dans une famille, et par la suite, mon installation à Banyuwangi, c’était pour y retrouver l’atmosphère de ma « belle époque » de Bali (rires). Agus teset un shortboard wood – BR : Qu’est-ce qui t’a conduit à fabriquer des planches de surf et depuis quand exerces-tu cette activité ? – VT : Il y a une vingtaine d’années j’ai quitté l’entreprise Thompson pour me mettre à fabriquer des bateaux en Indonésie. Suite à la crise asiatique j’ai malheureusement fait faillite et me suis reconverti dans l’éco-tourisme dans une réserve naturelle de ce pays. J’ai finalement dû me décider entre rester là-bas à vie ou en sortir pour chercher un nouveau challenge. J’ai alors décidé de me rendre à Bali où je me suis mis à faire du surf car il n’y avait plus de poisson à pêcher en chasse sous-marine (rires), m’étant juré de ne plus jamais fabriquer de bateaux pour des clients. J’ai pensé que je pourrais construire des planches de surf en bois, ça je pouvais me le permettre (rires), et j’ai commencé dans mon garage. La marque Rip Curl les a vus et a exprimé le souhait de m’en acheter pour leurs shops. C’est ainsi que j’ai débuté sur ce marché il y a une dizaine d’années. – BR : Construis-tu uniquement des planches de surf ? – VT : Oui, essentiellement, ainsi que des Stand Up Paddles (SUP). Actuellement je suis aussi en train de fabriquer mon propre bateau catamaran destiné à de futurs boat trips pour surfers. – BR : Quelles essences de bois utilises-tu et de quelles provenances ? – VT : Il s’agit principalement de balsa que nous faisons pousser nous-mêmes dans la région, sur les flancs du volcan Bromo. Un arbre est utilisable après 4 ou 5 ans. C’est très rapide et pratique. Aan Prihandoyo (fils d’Agus) sur sa wood longboard – BR : Combien de personnes emploies-tu ? – VT : Cela fluctue entre 8 et 20 personnes en fonction des commandes. Plusieurs de nos employés travaillent « à façon ». – BR : Considères-tu, par le biais de ton entreprise, jouer un rôle social dans la région ? – VT : ça n’est pas mon objectif premier, j’ai arrêté depuis longtemps de faire le Don Quichotte (rires) mais ça me fait grand plaisir de pouvoir offrir à mes employés une qualité de vie meilleure que le standard indonésien, ce qui par ailleurs les motive grandement. le catamaran perso de Vince…bientôt à dispo des clients pour partir en surf trips… Vincent nous présente ses « blanks » à shaper soi-même… – BR : Combien de planches de surf produis-tu par année ? – VT : Nous en sommes actuellement à environ 150 mais nous devrions être capables d’en produire plus car la demande est forte, c’est également la raison de notre déménagement à Banyuwangi. Nous avons pour but de nous stabiliser autour des 300 pièces par an. l’atelier du rêveur – BR : Travailles-tu uniquement sur des modèles de séries ou fabriques-tu également des « customs » à la demande du client ? – VT : En premier nous proposons à nos clients les modèles de notre assortiment, mais nous pouvons répondre à des demandes particulières en fabriquant du « sur mesure » processus de teinture du bois…(huiles naturelles) – BR : En quoi tes planches sont-elles plus écologiques que les autres ? Sont-elles 100 %« naturelles » ? – VT : 100 % non, les « intégristes » diront qu’il reste encore de la colle et de la résine mais nous estimons avoir résolu le problème à 98 %. Veuillez donc bien nous laisser un peu de temps pour les 2 % restants (rires). Elles sont écologiques vu que la matière est bio dégradable. Nous n’utilisons ni plastique ni mousse et surtout elles sont durables à vie. Il ne s’agit pas d’un produit jetable, le but étant de les transmettre à ses enfants et petits-enfants. Il m’est même arrivé de réparer des planches en balsa ayant plus de 50 ans ! fish tail après glaçage…prêt pour le ponçage et polish de finition qui éliminera les gouttes visibles sur l’arrière de la board – BR : Où exportes-tu tes produits ? – VT : Un peu partout, Japon, Nouvelle-Zélande, Suède, Europe en général. Nous travaillons en ce moment particulièrement au développement des marchés Australien et Japonais. – BR : Parles-moi un peu plus du marché Japonais qui est généralement très spécifique quand il s’agit de ski et de snowboard. – VT : Les Japonais sont difficiles mais aiment les belles choses et savent les reconnaître. Ils se montrent très sensibles aux « constructions » en bois ainsi qu’au détail des finitions. – BR : Quel est ton modèle préféré dans votre gamme ? – VT : Personnellement je surfe une réplique d’un shape de Donald Takayama. Une longboard de 11.2 ! – BR : Merci Vincent, pour cette visite très instructive et d’avoir bien voulu répondre à mes questions. Ayant eu par la suite l’occasion de me rendre encore plusieurs fois chez Vincent, j’ai appris aussi que malgré la modestie du personnage dans l’interview ci-dessus, sa société est une des seules de la région travaillant à l’introduction d’un vrai plan social pour ses employés. A propos du bois, Vincent est à même de contrôler sa production de balsa de A à Z et de travailler en auto suffisance : il amène gratuitement les petits plans de balsa en pots aux paysans de la région du volcan Bromo et leur garantit de les acheter 4 ou 5 ans plus tard lorsqu’ils auront atteint la taille nécessaire pour être transformés en planches de surf. tronc de balsa après 4-5 ans…prêt à être transformé en surf !!! Par ailleurs, l’entreprise produit également son propre wax (anti dérapant à appliquer sur le dessus des planches de surf) à partir d’un système très ingénieux et innovant et fournit aussi à ses clients des « blanks » : l’équivalent d’un pain de mousse brut pour les surfs de construction classique, ce qui peut vous permettre de shaper vous-même votre propre planche en balsa. VINCE SURFBOARDS est à ma connaissance le seul fabricant bois au monde à offrir cette extraordinaire possibilité dans diverses dimensions (mini simon-fish- short board-mini malibu-longboard-etc) stock de blanks self shape… le système de wax maison ! beau et éfficace !!! Ce fut un réel plaisir d’aller à la rencontre de Vincent et ses employés. il est toujours bon de découvrir un puriste artisan de la glisse !!!! Dans notre domaine de prédilection qu’est la neige, ils sont rares aussi. C’est pourquoi l’équipe de DIABLERETS PM est heureuse de vous proposer, depuis l’an passé, entre autres, les skis de la marque suisse XO/skis by Exonde dont la passion de leur « géniteur » Stéphane Exartier s’apparente à celle de Vincent Tierny. Info sur la marque XO dans l’article « XO Swiss ski by Exonde » https://diablerets-pm.ch/2015/02/23/test-ski-suisse-revolutionnaire-xo-le-dimanche-22-mars-a-iseneau-avec-dpm/ et tests durant toute la saison dans notre DPM pro shop, rue de la gare 50 (à côté de la Coop) aux Diablerets. Nous espérons que cette article vous à plu. Magnifique saison de glisse sur neige à tous ! Au plaisir de vous retrouver pour partager notre PASSION. pour DPM Blaise Rouiller Les liens nécessaires avec VINCE SURFBOARDS : http://www.vince-surfboards.com/ ou sur FACEBOOK https://www.facebook.com/woodensurf?fref=ts A lire ou re lire : Visite à Hossegor surf academy chez Boris le shaper https://diablerets-pm.ch/2013/09/09/art-isan-de-la-glisse/ votre serviteur avec des alaias (ancètre du surf) ravi de notre visite chez Vince…            

atelier

atelier

Share This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lost Password

Register