Accueil » Blog » TRAVAILLER À BALI ET EN INDONESIE COÛT RÉEL
Actualités / Administratif / Entreprendre à Bali / Expatriation

TRAVAILLER À BALI ET EN INDONESIE COÛT RÉEL

expatriation

TRAVAILLER EN INDONESIE* : VISA ET PERMIS DE TRAVAIL… CE QUE CA COUTE !

ALAIN BOTREL·SAMEDI 3 DÉCEMBRE 2016  

*en général et à Bali en particulier : parce que dans la plupart des cas l`expatriation est envisagée à Bali et non ailleurs en Indonésie et parce que je suis personnellement expat à Bali et que je connais bien.
Information complète et concrète sur le sujet pour bien comprendre que l`expatriation est avant tout une question d`argent… Ceci ne s`adresse à personne en particulier. Ce n`est pas une discussion. Si vous y trouvez des informations intéressantes pour vous, tant mieux, heureux de vous être utile. Sinon, essayez de les trouver ailleurs… Pour n`agresser personne et ménager tout le monde, je ne vais pas dire qu`il n`y a pas de travail pour les étrangers en Indonésie mais qu`il y a très peu (mais vraiment très peu) de chances de trouver du travail en Indonésie pour les étrangers. C`est plus doux a entendre…
A ceux qui ne voudraient pas le croire, je recommande de se renseigner sur les forums (le sujet est récurrent) et sur internet d`une façon plus générale (« Bali Francophones informations administratives » est particulièrement sérieux, fiable et complet) :
1. Sur la législation : comme partout en Asie, préférence locale et protectionnisme. La loi indonésienne interdit tout simplement l`embauche d`étrangers si des compétences locales existent. 19 professions sont interdites aux étrangers, notamment dans le domaine médical.
2. Sur les conditions pour pouvoir travailler : visa long séjour (KITAS) et permis de travail (IMTA), les procédures et les couts. Vous allez vite comprendre. Attention au travail illégal : les risques sont énormes. Oubliez le « logement contre travail », c`est considéré comme du travail illégal. 3. Sur les salaires : le salaire minimum pour des emplois non qualifiés tourne autour de 130 euros/mois. Pourquoi des patrons indonésiens embaucheraient-ils des étrangers gourmands ?
L`Indonésie est un pays pour le tourisme, l`expatriation des retraitées, des rentiers, et des investisseurs, pas pour le travail. Le travail c`est pour les indonésiens et exceptionnellement pour quelques surdoués particulièrement brillants. C`est plus facile de dépenser son argent en Indonésie et à Bali en particulier que d`essayer d`en gagner. Bali n`est certainement pas la solution aux fins de mois difficiles.
Pour ceux qui s`obstineraient tout de même à vouloir tenter leur chance, j`écris ce qui suit. Je préviens tout de suite : beaucoup vont être déçus… mais ils seront prévenus. Vous n`allez peut-être pas lire ce que vous voulez entendre. Je ne vais sans doute pas vous caresser dans le sens du poil. Je ne veux pas être votre briseur de rêve. Je veux seulement vous dire la vérité. Mais certains diront que je suis négatif. Non : réaliste et pragmatique. Méfiez-vous des optimistes : ils ont certainement quelque chose à vous vendre. Ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied et vont plutôt vous encourager que vous dissuader…
Je ne parle pas ici des visas ponctuels touristiques, business, ou sociaux mais uniquement des visas qui permettent de vivre en Indonésie et je cite pour mémoire quelques cas particuliers :

1. Les retraités (55 ans) : visa KITAS PENSIUM (5 fois un an), pas de travail, pas de gain d`argent en Indonésie, besoin d`un agent sponsor. Cout : 9 500 000 Rp/an (+/-) soit 650 €.

2. Les retraite(e)s marie(e)s a un(e) indonésien(ne) : visa KITAS KELUARGA (5 fois un an), pas de travail, pas de gain d`argent en Indonésie, pas besoin d`agent sponsor (c`est le conjoint). Cout : 1 850 000 Rp/an (tarif de l`Administration) soit 125 € (seulement).
3. Les mariés non retraités : idem pour le KITAS (5 fois un an), mais autorisation nécessaire pour travailler (IMTA : voir plus loin).

4. Les rentiers : pas un statut reconnu, pas de visa long séjour, succession de visas touristiques ou SOSIAL BUDAYA avec sorties du pays, besoin d`un agent sponsor, formule couteuse, situation inconfortable.

5. Les rentiers investisseurs : tout est possible (KITAS, IMTA), accepter de s`associer avec un indonésien, question de moyens, de capacité et d`envie. PT LOKAL ou en toute autonomie PT PMA
Votre cas : vous voulez vivre et travailler en Indonésie mais vous n`entrez dans aucune des catégories ci-dessus. Comment faire ?

1. Vous pouvez dépenser sans compter : tant mieux, vous n`avez pas besoin de moi.
2. Vous recherchez les bons plans, comme c`est en général le cas. Ce qui suit peut vous aider.
Venez d`abord découvrir Bali si vous ne connaissez pas. Si vous connaissez déjà Bali en tant que touriste, je serais tenté de dire « oubliez l`ile des Dieux » et faites pareil. Prenez en France un visa touristique de 60 jours a l`Ambassade d`Indonésie a Paris ou au Consulat General a Marseille (ou à Nouméa)…………………………..…€ 50 Vous pouvez aussi prendre un visa à l`arrivée à l`aéroport gratuit pour 30 jours mais il ne pourra pas être prolongé et vous devrez sortir du pays ou payant pour 30 jours qui pourra être prolongé de 30 jours mais vous perdrez beaucoup de temps dans les services de l`Immigration. Prenez deux billets d`avion pour l`aller : un billet Paris-Kuala Lumpur (éventuellement Singapour) + un billet Kuala Lumpur-Bali., moins cher qu`un billet Paris-Bali…….350 + 50 = 400 au lieu de + 500 €. Il y a encore moins cher (moins de 300 € pour Paris-KL) avec des compagnies comme Saudi Arabian, Turkish, Pegasus, IranAir que je ne recommande pas ou des vols de 35 heures avec des escales interminables qui coutent aussi : à vous de voir. Ne prenez pas un billet de retour mais un billet de sortie, pour KL ou Singapour ou ailleurs si vous voulez en profiter pour visiter un autre pays. Le mieux est un billet Bali-Singapour qui pourra vous servir plus tard…………………………..………………………..…………50 Pendant ces 60 jours, vous pourrez approfondir votre connaissance de Bali, moins avec des yeux de touriste mais en ouvrant davantage les yeux sur les réalités de l`expatriation et du marché de l`emploi. Cout de ce séjour………………………………….……..…..2 000 € (logement en guesthouse, nourriture dans les warungs 25 €/j x 60 = 1 500 + location scooter 4 €/j x 60 = 240 + divers faux-frais = 260 €). Vous pouvez économiser sur le logement dans un kos miteux (hygiène, sécurité ?).
Si durant ce séjour vous trouvez du travail, c`est parfait et vous pouvez directement vous rendre à la case KITAS ci-après. Mais comme il y a très peu de chances qu`il en soit ainsi vous devez choisir entre :

1. Arrêter les frais et rentrer en France avec un billet d`avion complémentaire a celui que vous avez déjà. Vous avez dépense 3 000 € pour rien.
2. Continuer à y croire et prolonger votre séjour. Vous devez vous prononcer au moins quinze jours avant l`expiration de votre visa en cours pour engager les procédures pour un visa d`un autre type : SOSIAL BUDAYA (index 211) de 60 jours obtenu à l`extérieur de l`Indonésie + 4 extensions de 30 jours en Indonésie, soit au total 180 jours. Théoriquement, vous pouvez obtenir un visa SOSIAL BUDAYA l`Ambassade d`Indonésie a Paris. Mais d`après les témoignages que l`on trouve sur internet, ça ressemble a mission impossible ! Pour obtenir ce visa vous avez besoin d`un agent sponsor en Indonésie. Il vous explique (plus ou moins bien) la procédure et vous remet une lettre de sponsor. Vous devez l`accompagner dans les démarches auprès des services de l`Immigration. Vous devez aussi sortir du pays. Vous vous servez du billet d`avion déjà en votre possession. Vous vous envolez pour Singapour un dimanche soir (de préférence). Le lundi matin vous déposez votre demande de visa SOSIAL BUDAYA à l`Ambassade d`Indonésie. Vous récupérez passeport et visa le mercredi après-midi et vous rentrez à Bali. Votre budget devra prévoir : cout du séjour à Singapour (logement en dortoir backpaker repas dans les food courts 25 €/j x 3 = 75 + taxis 25 + divers faux-frais 50……………150 visa pour 60 jours dél……………………..………50 billet d`avion retour Singapour-Bali……………………………………………..50 180 jours en Indonésie en vivant chichement (33€/j)……………………..6 000 renouvellements du visa en Indonésie (4 x 25 €)…………………..……………………….100 rémunération de l`agent sponsor (variable)………………………….…………………….100 billet d`avion de sortie du pays pour le dernier renouvellement (Bali-Singapour)……..50 (vous pouvez aussi prendre un billet de ferry Batam-Singapour moins cher mais qui sera certainement perdu). Et puis, si vous n`avez pas trouvé de travail, billet d`avion pour rentrer en France (à moins que vous vous obstiniez et vouliez tenter un second SOSIAL BUDAYA…………….. Vous en êtes a 10 750 € mais, comme il faut toujours prévoir une mage de sécurité, plutôt à 12 000 €.
Espérons pour vous que vous avez trouvé un travail. Si c`est le cas, il vous faut maintenant un visa long séjour et un permis de travail et les dépenses ne sont pas finies (sauf bien
sur si vous êtes le génie que tout Bali attend, auquel cas les employeurs se battront pour payer tout ça : c`est pas de l`agressivité mais de l`humour, je précise…). visa long séjour = KITAS un an renouvelable quatre fois : 9 500 000 Rp par an…………..650 € (à négocier, « l`open Price » est peut-être a 1 000 €). Permis de travail = IMTA pour 6 mois (12 mois pour les managers), pas d`extension, nouveau dossier (lourd) à chaque fois : 95 €/mois, soit pour 6 mois………………….……570 € Donc, pour pouvoir travailler en Indonésie il faut avoir devant soi plus de 13 000 €. Il n`y a pas d`autre bonne façon de procéder. Sinon : pas de travail = pas de KITAS et pas de KITAS = pas de travail. Et tout ça pour quel résultat, pour quel salaire ? Pas génial le retour sur investissement.
Et ça, c`est pour une personne seule. On ne parle pas des visas et éventuelles IMTA d`un conjoint, des visas pour les enfants et de leur scolarité (7 000 €/an/enfant) Sans compter les frais d’assurances santé sur lesquels beaucoup font l’impasse. Et puis, si on se contente d`une guesthouse « cheap » le temps de s`installer, ensuite on va chercher un logement plus confortable. Il va certainement falloir payer le loyer a l`année. Déjà une belle somme à Gianyar, une fortune a Kerobokan ou Canggu si on doit y scolariser des enfants.
Mais vos rêves n`appartiennent qu`a vous…
Dernière chose : essayez de savoir pourquoi des personnes renoncent à l`expatriation après quelques mois ou plusieurs années. Posez la question sur ce site ou Facebook par exemple.
Voilà !

Je fais paraitre cette excellente vision des réalités sur l’expatriation et le  » rêve » de plus en plus fréquent de venir travailler à BALI … Je partage entièrement ce point de vue et vous

invite une fois de plus à consulter très sérieusement tout ce qui est publié sur ce site balifrancophones.com pour vous aider dans votre réflexion et votre décision … Pour que le rêve ne se transforme pas en cauchemar …

Alain ( l’autre ) alainbalifrancophones@gmail.com

2 Comments

  1. Bravo, très très bien fait et tout y est…

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lost Password

Register