Warning: session_start(): open(/tmp/sess_tsd262u0iuon2vcoju6ti5vbo3, O_RDWR) failed: Disk quota exceeded (122) in /home/sumbabui/public_html/balifrancophones.com/wp-content/plugins/wordpress-social-login/wp-social-login.php on line 64
BALI-LA-COMPLEXITÉ-DES-NOMS - Bali Francophones
Accueil » Blog » BALI-LA-COMPLEXITÉ-DES-NOMS

Share This Post

Chronique d' AGNES / Us et Coutumes

BALI-LA-COMPLEXITÉ-DES-NOMS

AGNES

Agnes poursuit notre initiation avec les noms à bali …

 

LA COMPLEXITE DES NOMS A BALI

TALISMAN ASIA·SAMEDI 5 AOÛT 2017
Après le topo sur les noms indonésiens, voici un petit exposé sur la complexité des noms balinais.
Bon au départ on se dit… c’est comme nous, ils ont un prénom et un nom, au moins eux, facile : Wayan Sumetra, Made Sukerti… et bien non !
D’abord les Balinais n’ont pas de nom de famille, impossible d’établir des arbres généalogiques (surtout que par respect en général on n’a pas le droit d’appeler les aïeux par leurs noms, parfois les gens ne connaissent même pas le nom de leurs grands-parents (principe de « tecnonymie » explique récemment, quand on est parent, on doit se faire appeler « père et mère de..X » puis grand-père et grand-mère de Y » etc… par politesse.
A la naissance on a automatiquement un « prénom » en fait le numéro d’ordre dans la fratrie !!! WAYAN ou PUTU ou GEDE pour l’aine, MADE ou KADEK o NENGAH pour les seconds (Nengah veut dire « entre les 2 », soit entre le 1er et le 3e !), NYOMAN ou KOMANG pour les 3e, et KETUT pour les 4e. Au delà de 4 on recommence la série, ce qui arrivait fréquemment avant l’instauration (réussie a Bali !) du planning familial dans les années 70 !.Surtout qu’il est très important ici d’avoir un garçon pour continuer la lignée et gérer le patrimoine, les filles se mariant et partant ailleurs. Donc certains continuaient jusqu’à ce qu’ils aient un garçon ! D’ou le fait qu’il y a beaucoup plus de Putu et de Made, que de Pierre, Marie, Jacques ou Martine….
Ce « no.d’ordre » fait évidemment office de prénom dans la vie courante, En famille, avec les amis etc… Les gens ont toutefois tort de se présenter uniquement avec ce prénom qui a une identité aussi vague (y compris dans l’hôtellerie et la restauration par ex.).
A part cela le nom officiel : ce n’est pas un NOM DE FAMILLE, on ne s’appelle pas comme ses parents, ni comme ses frères et sœurs. C’est un nom qui a été donne a la naissance, souvent censé conférer de belles qualités a l’enfant ; actuellement ils viennent en général de l’ancien balinais ou javanais (on retrouve les mêmes a Java mais termine en O alors que c’est en A a Bali pour les hommes). Souvent des noms de dieux (Wisnu, Krishna, Parwati, Laksmi, Saraswati) de héros des célébres épopées hindouistes du Ramayana et du Mahabharata (Rama, Laksmana, Sinta etc..). Ou bien ils veulent dire de belles choses, d’où le préfixe SU = Bon, bien, devant beaucoup de noms : SUTEJA = rayon lumineux ; SUJANA = homme vertueux…
Il y a un masculin et un féminin : en A (prononce E) pour les hommes et en I pour les femmes. En plus, pour minimiser les erreurs, on rajoute une particule devant le nom : I pour les hommes et NI pour les femmes. Un peu comme un article comme on l’employait autrefois chez nous – « Le Jacques » – « La Marie ». Donc impossible de se tromper entre I MADE SUKERTA et NI MADE SUKERTI ! Toutefois on ne l’emploie que rarement dans le langage parle.
Ces beaux noms n’ont pas toujours été utilisés. A l’origine les enfants se voyaient donner des noms locaux balinais surtout dans les familles sans caste (la majorité) avec souvent des consonances assez amusantes pour nous : DEGDEG, SEMPREG, REMEN, REKIN, KESER ! Plus insolite (et drôle) encore, parfois on les appelait tous presque pareil « pour faciliter » (??): REKAN – REKIN – REKUN… trois frères d’une meme famille (ça ne vous rappelle pas « Naf-naf – Nif-nif – Nuf-nuf »…. ?
Il y a eu aussi une habitude de donner des noms farfelus car la naissance avait lieu a l’occasion d’un événement spécial ou important : construction d’une pièce dans la maison ou inauguration d’un bâtiment… ainsi y a-t-il des Mr Cuisine (Pak Dapur) et des Mr Bureau (Pak Kantor) ou des noms d’animaux : un danseur célèbre s’appelle Pak Kakul (escargot),,, une dame Tasse (Ibu Cangkir) etc….. etc… Incroyable….
A notre époque, les Balinais se « modernisent » et simplifient… D’abord avec le planning familial (2 enfant max si possible), les Nyoman et Ketut commencent a se faire rares. Ensuite les gens préfèrent se faire appeler par un diminutif ou surnom : PARWATI devient WATI, SUTARMAN devient SUTA, etc, par exemple dans le monde du travail. Plus facile du coup de différencier les gens, sans pour autant connaître leur nom complet véritable.
On aime bien aussi affubler les gens de sobriquets souvent a cause d’une particularité physique ou de caractère. « LENGKONG » = tordu – « BELOG » = idiot etc – « KABAL » = résistant.. On avait ca dans les noms anciens aussi chez nous (devenus des noms de famille) : Leborgne, Lelong, Legros, Lejeune etc… !!! Ou tout a fait gratuit ! Par exemple un Balinais qui a travaillé dans une usine de jus de fruits, est appelé par tous les gens de son village « Nyoman Juice » alors qu’il s’appelle Nyoman WIRATA, nom que la plupart ignorent.
De toutes façons en général on connaît si peu l’identité complète des gens qu’on a recours a des appellations de substitution la plupart du temps : « le Ketut du warung », la femme de Made l’instituteur, le « gros Nyoman », Wayan le policier…. etc…. Impossible de retrouver quelqu’un facilement….

 

http://talisman-asia.com/

Share This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lost Password

Register